Famakna Food

Le forum officiel de la Famakna Food (Guilde à vocation Roleplay et animation présente sur le serveur Hyrkul (Dofus) en [4, 8])
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La fin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Frostrym
Ancien Foodien
Ancien Foodien
avatar

Masculin
Cancer Cheval
Nombre de messages : 133
Age : 27
Phrase favorite : On sait qu'on est parti à point si on arrive à l'heure.
Humeur : Pas d'humeur. L'humeur, c'est pour les lâches.
Passe temps : Faire sécher du jambon.
Classe : SASAKIPU
Classes :
Date d'inscription : 21/10/2010

MessageSujet: La fin.   Mar 3 Jan - 14:41

Après avoir fait leur adieux à leurs familles respectives, tous les flibustiers rejoignirent le bâtiment. Delédia avait embrassé une dernière fois Pandal Khapone avant de rejoindre le reste de l'équipage. Tout était calme. Le navire attendait patiemment dans le petit port, le vent jouait dans les cordages. Comme s'il eut une conscience, le rafiot gonflait ses voiles d'orgueil, car quoiqu'il arrive, il fallait dire au revoir à son capitaine.
Alors que le soleil somnolait encore, chacun s'attelait à sa tâche, et lorsque la patronne arriva enfin, le bateau était prêt. Foolish, le quartier-maître, accueillit sa supérieure sur le quai et lui emboîta rapidement le pas puisqu'elle ne s’attardait pas sur son sourire niais.
-" Bon, eh bien comme d'habitude, tout est prêt" Commença-t-il. " Les petits nouveaux ont été mis au parfum... Les matelots sont un peu nerveux alors j'ai pris la liberté de prendre deux tonneaux de rhum supplémentaires. Le mousse Arasé a encore le mal de mer et l'étranger médite sur le pont inférieur." Tout en poursuivant l'inspection avec le capitaine, il continua: "Jairaimy a prit son armure légère, mais je suggère de l'envoyer en première ligne, il est motivé d'après ce que j'ai pu comprendre, quand à votre petite nouvelle, je lui ai demandé de me faire un noeud de cabestan, c'est comme si je l'avais insultée..."
Delédia lui avait fait signe de se taire et s'était assise dans son fauteuil. Elle poussa un soupire et lui ordonna de se retirer. Il était temps.
Le beuglement des chefs annonçaient le départ et la goélette s’élança dans le vaste océan en quête de richesses et d'aventures pour la toute dernière fois.

***

"-Capitaine Delédia, par ordre de sa majesté Allister et conformément à la loi traitant de la piraterie en terra Amakna, vous êtes condamnée à la peine de mort en place publique. Vos effets personnels seront placés dans le coffre royal puisque vous ne disposez d'aucune famille actuellement.
-Abrégez. Supplia la disciple de crâ.
-Vous serez pendue le 3 Javian de l'ère 642 à 18h20... Continua le haut-fonctionnaire.
-Abrégez s'il vous plaît...
-Vous avez le droit à une dernière volonté que vous pourrez adresser au geôlier. Emmenez-la."
Après une courte pause Delédia se tut. Elle regarda le jeune homme qui l'écoutait raconter son histoire. C'était un disciple de la déesse Feca qui ne devait pas avoir plus de 17 ans. Il avait été condamné à une journée de cachot pour le vol d'un fruit sur le marché. La crâ continua de plus belle.
"-Je suppose que tu aimerais savoir ce qui s'est passé avant?
-Ah ça oui! répondit le jeune prisonnier."

Le soleil était maintenant en train de se lever, notre navire attendait son heure... Tizooma finissait sa nuit dans des cordages et accompagnait la brise matinale de son ronflement. L'étranger l'observait, amusé. Notre paladin, Jai', se préparait, il était d'un calme incroyable. Foolish organisait tout ce petit monde avec encore plus d'entrain que d'habitude. Et moi j'étais là... Spectatrice de ce que j'avais conçu. Ah, moi qui pensais que je n'avais rien fait de ma vie. J'avais un mari qui m'attendait sur la terre, une équipe solide et soudée, un magnifique bateau.

Et ils sont arrivé. Deux navires gigantesques. Deux magnifiques galions remplis d'hommes et d'armes. C'est à ce moment que j'ai compris ce qui allait se passer. Nous allions nous battre, fuir n'aurait servi à rien, ce fut le branle bas de combat. Jamais je n'avais autant ressenti la tension d'avant un affrontement, j'ai repensé à Pandal qui m'attendait, à ceux qui avaient été si généreux avec moi depuis mon arrivée en Amakna. Je suis monté sur le pont, mes hommes me suivaient du regard, ils attendaient. J'ai donc pris la parole une dernière fois.
"Mes amis. En ce jour, vous et moi allons livrer bataille. Ce qui arrive, nous ne l'avions pas prévu, mais le destin, lui, l'avait écrit. L'issu de ce combat est probablement déjà inscrit quelque part lui aussi. Tâchons de prouver à ce dernier qu'un flibustier ne le craint pas! Qu'un pirate ne se plie pas aux lois divines et mortelles! Vous êtes des hommes dont la bravoure n'a d'égale que l'océan! La mort ne sera pas douce pour nos ennemis! AUX ARMES MES FRÈRES!"
J'ai crié ces paroles comme pour transpercer nos adversaires en sortant mon sabre de son fourreau. Même si ça n'a rien changé à la suite de l'histoire.

"-Mais si vous êtes seule ici, qu'est-ce qui s'est passé? Et le reste de votre équipage? demanda le jeune garçon.
-Oh, je vais te le raconter. J'ai connu une fin aussi glorieuse qu'eux..."
Delédia réajusta son bandage avant de poursuivre.

Le combat fut terrible. Le fracas des canons résonne encore dans mes tympans. Je ne sais combien de pièces d'artillerie ils possédaient, mais c'était comme une sonate au piano, chaque note était saccadées et meurtrissaient notre embarcation. Jairaimy s'est jeté le premier sur les ennemis qui nous ont abordés. Lui et son groupe devaient protéger le flanc droit. Malgré la puissance du grand Iop, les hommes de loi étaient tenaces. Il en venait toujours plus et le flanc gauche fut lui aussi pris d'assaut par les dragons d'Allister. C'était à Tizooma de mener la défense de ce côté. Elle a fait virevolté son bâton et par dizaines ils ont ployé sous les coups de la jeune fille. Malgré les coups qu'elle reçut, elle ne laissait pas transparaître ses sentiments. Puis ils sont arrivé par la proue. J'ai regardé Foolish et l'étranger, puis il a fallu faire ce que tout capitaine digne de ce nom ferait. Ils étaient nombreux. Les boulets de canons virevoltaient, la poudre nous brûlait la peau et les yeux, mes amis tombaient, un par un. Les cordages sectionnés fendaient l'air en s'abattant tandis que le mat s'écrasait sur la poupe entraînant d'autres combattants avec lui.
Une douleur terrible. Une odeur de fumée, du froid, beaucoup de froid... J'ai levé les yeux, un homme se tenait devant moi, un mousquet à la main. Je suis tombée, un genou à terre. Puis, rassemblant mes forces, mes jambes m'ont autorisé à me relever. J'ai esquivé le coupe-choux de justesse qui est venu s'encastrer dans un tonneau de Rhum. C'est alors que j'ai trouvé la force de décocher une flèche explosive dans le tonneau. L'homme a hurlé puis il est tombé, carbonisé. La fatigue se faisait ressentir, le soleil et le sel nous agressaient, Foolish ne souriait plus, l'étranger m'a lancé un regard emplit de crainte...
J'ai voulu reculer pour me reposer, mais en me retournant, j'ai vu mes autres compagnons en difficulté. On a beau se dire qu'on a toujours le choix, tssss. Belle connerie. J'ai ordonné l'abandon du navire. Étonnés, Tizooma obéit et Jairaimy me dévisagea avant que je ne beugle une seconde fois "C'est un ordre!"
Ils ont pu fuir, me laissant seule avec la plupart des matelots qui ont été capturés et exécutés sur place. Quant à moi... Ils m'ont emmenée. Etant le capitaine, ils se devaient de me juger...

"- Et vous vous êtes retrouvée là.
-Exactement. T'es perspicace toi alors!" se moqua la pirate.
Ils restèrent silencieux un moment. Le Feca commenta
"-Vous devriez lui demander pardon comme dernière volonté.
-Hein? Mais de quoi tu parles?
-Je parle de votre mari. Vous auriez mieux fait de l'écouter. Maintenant, vous devriez faire en sorte qu'il ne culpabilise pas... Lui répondit-il.
-Mmh, t'as peut être raison soupira la crâ en s'adossant au mur."

***

Il est 15h40 et Delédia doit être exécutée dans 3 heures. Alors qu'elle écrit une lettre à Pandal, le garde des geôles fait sortir le Feca de la cellule. Elle s'approche du soldat pour lui remettre le document. Celui-ci esquisse un sourire et tourne les talons. Il avait d'autres prisonniers à fouetter.


Dernière édition par Frostrym le Mar 3 Jan - 17:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tizooma
Chasseur de bouftou
avatar

Masculin
Taureau Cochon
Nombre de messages : 230
Age : 22
Phrase favorite : J'me suis perdue ! Hihi !
Humeur : Folle !
Classe : Féca
Classes :
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: La fin.   Mar 3 Jan - 17:20

A peine après avoir sauté par-dessus bord, la petite Fécatte, avant même de toucher l’eau, regrettait la stupidité de son action.
« J’SAIS PAS NA..! » avait-elle hurlé avant de s’enfoncer dans les flots tumultueux.

Lorsqu’elle rouvrit les yeux, une personne trempée qu’elle reconnut aussitôt se trouvait à côté d’elle. Celui que Deledia appelait l’étranger, que Tizooma avait pourtant reconnu au premier coup d’œil à son regard inimitable. Glaramir avait disparu pendant une longue période, et tout le monde l’avait cru mort. Il se terrait en fait sur un navire pirate, ce qui n’étonnait qu’à moitié la Fécatte, bien qu’elle n’eut pas encore saisi le pourquoi du comment. De toute façon, le principal problème n’était pas là.
« Où est-ce qu’ils l’ont emmené Glara ? Il faut absolument que j’aille la chercher, c’était pas prévu cette connerie là, alors dis-moi, dis-moi, dis-moi !
- Une minute… Tu pourrais être un peu reconnaissante, je t’ai transportée sur la côte alors que tu coulais comme une bille… Content de te retrouver en tout cas. Pour ce qui est du capitaine, je crois que les miliciens d’Allister l’ont emmené dans une geôle non loin du château. C’est là qu’ils emmènent la plupart des prisonniers du Roi, après avoir accompli un jugement express déclamé par un haut-dignitaire sadique et ennuyeux et…
- Ok, j’y vais, j’te retrouve ce soir au resto, et t’as intérêt à être là parce que t’as des choses à me dire !
- Mais att… »

Mais la Fécatte était déjà loin. Glaramir tenait encore son étrange bâton qu’elle avait oublié, le regarda, et, d’un air résigné, bien qu’il fut quasiment impossible de deviner le fond de ses pensées, se mit sur les traces de son amie.

La nuit était tombée quand le duo douteux arriva à l’entrée du château d’Amakna. Glaramir expliqua globalement à son compère comment étaient organisés les lieux, connaissant son aptitude hors du commun pour se perdre en route. Il eut à peine le temps de tourner la tête pour montrer du doigt un accès facile à la prison que cette dernière avait déjà disparu dans les ténèbres de la nuit. Soupirant, il se mit en route pour retrouver en priorité son capitaine.

Après s’être séparée de Glaramir pour agir rapidement, Tizooma s’était plus ou moins discrètement aventurée dans les entrailles de la cour du Roi. Sur la grande place, une cérémonie semblait avoir lieu. C’était bien sa veine, cela occuperait l’attention des nobles pendant qu’elle effectuerait son sauvetage « héroïque » pour éviter à Deledia de passer le restant de ses jours dans une vieille prison moisie, chose à laquelle elle ne pouvait se résoudre puisqu’elle avait promis à Pandal-Khapone de lui ramener sa chérie. Elle approcha donc lentement de la prison que le Cra lui avait indiqué, se faufilant dans l’ombre pour éviter les quelques gardes.

Le Cra en question était en train de lire les annonces sur le tableau des évènements, non loin de la grande place. Il était prévu, ce soir même, l’exécution publique du capitaine pirate Deledia, pour attaques sur les biens du Roi Allister et de sa population. Faisant la grimace, il pria pour que la fillette rose fut au courant du châtiment imposé, rabattit une capuche sur sa tête et se mis à marcher vers le la grande place.
La Fécatte rose se trouvait en fait dans les escaliers menant aux cachots. Bien que perdue, elle n’avait aucune intention de demander son chemin à un garde qui se ferait un plaisir de donner l’alerte. Elle continua donc à gravir les escaliers, se demandant pourquoi cette endroit était si mal gardé à une heure pourtant peu tardive.

Glaramir ne put retenir un hoquet en voyant l’estrade surmontée d’une poutre à laquelle était accrochée une corde à nœuds. Sa capitaine était assise sur un banc, non loin de l’échafaud. Elle arborait son air démarqué, comme à son habitude, et respirait la fierté. Cependant, sa mort était imminente, et rien ne semblait pouvoir interférer avec les évènements futurs. Une garde serrée entourait la grande place, et il serait de toute façon très difficile de fuir avec sa capitaine.

Il y avait en fait un gardien, devant une seule cellule. Tizooma, qui en avait déduis que Deledia se trouvait derrière, avait donc discrètement assommé le milicien en le cognant avec délicatesse contre la porte et avait entreprit de crocheter celle-ci. Une voix s’éleva de derrière la porte en demandant qui était là.
« Dele ? C’est moi, Tiz’ ! J’suis venue te chercher ma chérie !
- Vous voulez parler de cette dame qui était là avant ? Je suis désolé, mais elle n’est plus ici.
- Heeeeein ? Mais elle est où alors ?!

La cérémonie était terminée. On avait levé Deledia qui s’approchait lentement de son destin.

« Comment ?! Condamnée à mort ?! Maintenant ?! Mais c’est impossible ! Il y a une fête sur la place !
- Une fête ? Vous êtes folle ma pauvre, je vois cette dame s’avancer vers la corde par ma fenêtre ! En voilà une belle fête… C’est fini, il n’y a plus rien à faire, vous n’êtes pas au bon endroit ici. Maintenant, partez, et laissez-moi, vous m’avez causé assez de soucis en assommant ce garde…
Tizooma pris une grande inspiration et n’écouta même pas l’individu derrière la porte. Elle mit un fabuleux coup de bâton dans cette dernière, la sortant ainsi de ses gonds, et se précipita à la fenêtre de la cellule.

Deledia était face à la foule qui la regardait avec avidité.
Le bourreau accrocha proprement la corde autour du coup de la femme pirate et serra le nœud. Un bruit sourd retentit alors de la prison qui se trouvait à proximité.

« Mais vous êtes malade de détruire les barreaux de la fenêtre !
- La ferme ! »
S’affolant de plus en plus, la Fécatte entreprit la destruction d’un deuxième barreau pour sortir d’ici et secourir Deledia.

Ne faisant pas attention au bruit le bourreau recula lentement. Deledia leva les yeux, vit l’étranger au fond de l’assistance, qui se mordait la lèvre. Elle leva la main pour lui adresser un signe d’au revoir.

Tizooma se jeta dans le vide.

« Avez-vous une dernière parole, hors-la-loi ? s’exclama un dignitaire
- ... »

La Fécatte atterrit dans un arbre et s’accrocha à une branche. L’échafaud était à encore 100 mètres. Les larmes aux yeux, elle s’obligea à diriger son regard vers Deledia. C’était trop tard.

Glaramir se doutait que l’origine du bruit était la fillette. Mais cela ne le préoccupait désormais plus. La trappe qui soutenait les pieds de son capitaine venait d’être retirée.

La silhouette rose se recroquevilla lentement sur elle-même en sanglotant. Perchée sur son arbre, elle ne pouvait plus supporter la vue du corps de son amie se balançant au gré du vent alors que la foule applaudissait, ivre de cette joie meurtrière.

Glaramir remit lentement son vieux chapeau, se retourna, serra les poings et avança en pleurant vers la sortie de la ville. C’en était fini pour le capitaine Deledia. Derrière elle, elle laissait une épave pillée par les forces royales, un homme qui attendait son retour sur le continent et de précieux amis auxquels elle s’était liée. Finalement, c’était une vie bien remplie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jairaimy
Ancien Foodien
Ancien Foodien
avatar

Féminin
Scorpion Cochon
Nombre de messages : 113
Age : 21
Phrase favorite : Un verre, deux veres, trios veres, quartes vres!
Humeur : Bwaaaaaaaah
Classe : Iop
Classes :
Date d'inscription : 21/11/2011

MessageSujet: Re: La fin.   Mer 4 Jan - 13:32

Jairaimy eu tout juste le temps d'entendre Tizooma hurler avant de sauter par dessus-bord. La poussière qui était retombée sur l'eau mélangée au sang, qui avait énormément coulé, rendait l'eau sombre et légèrement poisseuse. A peine eut-il touché l'eau que son armure l'entraina vers le fond, même si il avait pris la plus légère. Il sentait ses poumons se vider de tout leur air quand il prit conscience qu'il avait encore la dague de son adversaire plantée dans son épaule. Il l'arracha d'un bref coup sec, et rapidement, il s'en servit pour trancher les liens de cuirs retenant ses pièces d'armure.Celles-ci disparurent dans le fond noir de la mer, et plus léger, Jairaimy pu remonter à la surface.

Les courants marins l'avait fait dériver d'une centaine de mètres en amont du site des combats, et il pu voir un des deux galions s'éloigner vers la côte tandis que les deux autres épaves flottaient tant bien que mal. Il se mit sur le dos et poussa sur ses jambes jusqu'à la goélette. Quelques corps bougeait encore un peu, mais la majorité étaient tournés face dans l'eau et complètement immobile. Il prit place sur un morceau d'un bateau qui flottait et chercha ses compagnons des yeux.

Après une dizaine de minutes de recherche, il se douta que l'étranger et Tizooma avaient du s'en sortir, ainsi que Foolish. Du moins, il espérait. Mais il avait bien vu que pour Deledia, la situation était toute autre. Il avait vu plusieurs soldats ennemis se rapprocher d'elle avant de sauter dans l'eau. Si elle avait été capturé, comme il le pensait, elle devait se trouver quelques part dans amakna. Non, pas quelque part, car après réflexion, elle était forcément au cachot.

Suite à la découverte d'une barque il rama comme il pu et il accosta près du port de Madrestam. Il entendit une cloche sonner. C'était déjà 17 heures. Il Décida de se diriger vers la taverne la plus proche pour essayer d'apprendre quoi que ce soit, par exemple si il y avait eu du grabuge près des geoles dans l'après-midi. Il marcha vite, pressé d'en savoir le plus possible. Il arriva 10 minutes plus tard dans ladite taverne. Il y régnait une agitation hors du commun, digne d'un champs de bataille. Tout le monde criait le plus fort possible et cherchait à se faire entendre. Il se dirigea vers le comptoir et demanda au patron ce qui pouvait bien entraîner de tels hurlements. Un silence se fit immédiatement.

"-Vous avez entendu les gars? Il est pas au courant!"
"- D'où tu sors étranger?"
"-T'es pas au courant?"
"- Dans une heure, la célèbre pirate Deledia, ennemie public numéro 1 de la flotte Amaknéenne sera PENDUE!"

"-Pardon?" répondit Jairaimy, "dans une heure vous dites?"

"-Oui, t'as bien entendu, et c'est sur la place publique! D'ailleur, on fête ça, on se bourre avant d'aller la voir s'étouffer."

"-Vous n'auriez jamais du faire la fête pour ça." expliqua calmement Jairaimy.

Il se retourna, attrapa les deux premières têtes qui passaient et les frappa les unes contre les autres. Un craaaac sonore retentit, et, avant que les personnes présentent dans la pièce n'esquiessent le moindre geste, Jairaimy en assoma encore une bonne dizaine. Il prit ensuite la porte en défiant quiquonque de le suivre. Bien entendu, personne ne bougea devant la calme colère du Iop, et il pu partir en courant jusqu'au château, avec son épaule le lançinant terriblement. Mais il n'en avait que faire, il devait sauver Deledia, il devait sauver son capitaine, son amour.

Arrivée aux portes du château, il se faufila entre toutes les personnes qui se pressaient pour entrer et évita un maximum de se faire remarquer par les gardes. Approchant du coeur du châteu, il remarqua une ombre se faufiler dans les cachots, mais n'en tînt pas compte. Il se dirigea vers la place principale, et ce qu'il vit le troubla. Deledia était assise sur un banc près de la poterne, et une escorte de gardes royaux entourait l'estrade, meilleure sécurité qu'un kralamoure géant. Avec son épaule blessée, sa fatigue accumulé, il aurait pu au maximum déjouer la garde de deux de ces soldats. Mais une trentaines? Impossible. Pourtant, il fonça dans le tas et fut stoppé avant par un des garde qui le conduisit à la milice.

En chemin, il eu une occasion parfaite, assoma le soldat et couru en direction de la place, enlevant ses mennotes en même temps. Il eu le temps de voir Deledia faire un signe de la main, même s'il ne savait pas à qui il était destiné, et la trappe sous ses pieds s'ouvrit. Les cris de joie qui s'élevèrent des gorges de toutes les personnes présentes sur la place étaient en totale contradiction avec le cri de désespoir que poussa Jairaimy. Il leva les yeux au ciel pour maudire les douzes, vit Tizooma en recroquevillée dans un arbre et préfèra partir ruminer son chagrin seul, en se jurant de venger son capitaine, son amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fin.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Famakna Food :: Rez-de-Chaussée du Bistrot :: Récits et aventures [RP]-
Sauter vers: